Hauraki rail trail et Hobbiton

En quittant Miranda, le second jour de vélo, je me préparais à une superbe journée tranquille sur une route réellement plutôt plate. Quel répit!

Matin calme

La température s’est gâtée en arrivant à Paeroa. Le déluge s’est abattu sur moi. Pour la première fois de ma vie, je me suis sentie incroyablement vulnérable. Heureusement, les sacoches Ortleib sont bien faites: pas une goutte d’eau ne s’est faufilée à l’intérieur.

Calme avant la tempête

Le lendemain, bien reposée, j’ai repris la route avec la ferme intention de me rendre au coeur de la Comté: Matamata. La Nouvelle Zélande s’est dotée il y a quelques années d’un réseau de pistes cyclables nommées The Great Rides et, curieuse, j’ai décidé d’emprunter la piste la plus proche de Paeroa (Hauraki rail trail) pour rouler 22 km jusqu’à Te Ahora où je devrais reprendre la route vers Matamata.

Hauraki rail trail

Le premier problème réside dans le manque de signalisation pour se rendre à la Hauraki rail trail. Le second, c’est la surface. Elle est couverte d’un gros gravier inégal qui rend la conduite instable. Avec toute la pluie de la veille, le sol était mou et glissant, ralentissant considérablement mon allure. Heureusement, il faisait beau!

J’ai donc roulé 5 km sur la piste avant de sortir de là au plus ?\£_@ pour retourner sur la route.

En 50 kilomètres, on longe les montagnes. Des grosses montagnes. Mais pas aussi grosses que celles qui m’attendaient sur l’île du sud. Le long du chemin, les vaches tournent la tête et vous suivent du regard. J’ai pris l’habitude de les saluer. Il s’agit d’un rituel qui peut sembler anodin, mais lorsque l’on voyage seul, saluer les oiseaux et les animaux devient un exercice relaxant et apaisant. Et si vous vous arrêtez sur le bord du chemin et poussez la chansonnette, les vaches viendront à vous. Visiblement, elles ont apprécié mon interprétation de la Vie en rose d’Édith Piaf.

La vie en rose

La route vers Matamata est bien sympathique. Les fermes deviennent soudainement moins plates. On se retrouve dans des collines roulantes parsemées de pins géants et de petites haies. C’est bien vert et les moutons broutent. Après quelques temps, je me suis surprise à chantonner l’air de la musique de la Comté. On se croirait vraiment dans l’univers du mythique Seigneur des anneaux.

Bienvenue

Parlant de la Comté, visiter Hobbiton était un rêve de longue date. L’attention aux détails est extraordinaire. La petite fille en moi ne se tenait plus en place. L’expérience est difficile à raconter sinon qu’on a envie d’être un hobbit pour vivre dans l’une de ces jolies maisons entourées de verdure, de jardins et  de moutons.  Le tour guidé se termine par un arrêt au Dragon vert pour une bière, un cidre ou une bière au gingembre accompagné d´une tarte à la viande. De quoi rassasier un hobbit affamé!

Maryse à Bag end

Détails de Hobbiton

Vue sur Hobbiton

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s