L’art de manger en cyclotourisme

Avec toute l’énergie dépensée sur le vélo, manger devient rapidement une obsession. Mais la cuisine en camping sur un petit réchaud n’est pas aussi simple que celle à la maison. Quelques défis s’ajoutent à la taille de l’élément chauffant.  Par exemple, une sacoche arrière peut être aisément remplie de nourriture et du matériel de cuisson, mais son poids est considérable. Comment trouver un équilibre entre espace, poids et nourriture essentielle?

Je me pose encore bien des questions sur comment manger sainement sans ajouter 15 livres à mon vélo. Cuisiner des plats différents chaque semaine doit certainement me donner des cheveux blancs.

À la bouffe!

Voici tout de même une liste non-exhaustive ce que je traîne souvent dans mon garde-manger.

  • Des collations: un savoureux mélange de bananes et de papayes séchées, du chocolat, des noix variées et des raisins secs. Pour les fringales sur la route, ce mélange est bien pratique. Les trail mix sont mes meilleurs amis.
  • Du gruau et des céréales muesli: pour  commencer la journée ils sont merveilleux. Ça bourre et ça donne de l’énergie. La taille et le poids sont également bien pratiques. On peut y ajouter des fruits et des raisins secs pour faire changement.
  • Des pâtes : Pas besoin d’expliquer pourquoi les pâtes sont efficaces. On peut les cuisiner à toutes les sauces et en faire des salades froides à mélanger avec des légumes locaux ou des saucisses séchées.
  • Purée de pommes de terre séchée: Pour un complément de repas facile, léger et qui prend peu d’espace, je donne mon vote aux patates pilées déshydratées.
  • Du thon, du saumon ou du poulet en canne: parce que sans réfrigération, il peut devenir difficile de manger de la viande, surtout si l’on se trouve à 150 km d’une ville. Ces protéines en canne sont faciles à ajouter à des pâtes ou des pommes de terre.
  • Du beurre d’arachide. Beaucoup de beurre d’arachide. À manger avec des bananes, des craquelins, des fruits.
  • Du miel: Pour sucrer le thé, pour tartiner sur des rôties, le miel est bien pratique. Le miel est aussi un très bon antibiotique. Pratique à trainer en cas d’infection.
  • Du long life milk: Il s’agit de lait qui n’a pas besoin d’être réfrigéré. Le format ressemble beaucoup à celui des boîtes de jus pour écoliers. Parfait pour une portion.
  • Un peu de pain si l’espace le permet.
  • Quelques fruits: On peut en acheter dans des marchés locaux assez aisément. Par contre, évitez les bananes fraîches à moins que vous puissiez les protéger. Les fruits tendres ont tendances à se faire écraser dans les sacoches.
  • Nourriture déshydratée: C’est un luxe, mais j’aime en traîner un ou deux plats avec moi au cas où. Il s’agit d’une bonne option lorsque l’on manque d’idée ou lorsque l’on est paresseux. Ça dépanne bien lorsque la route entre deux villages est plus longue qu’envisagée ou que ce petit village ne possède pas petit marché.

Si vous avez d’autres idées et des trucs, laissez-moi un commentaire! Pour connaître mon équipement de cuisine, référez-vous à ma page Équipement.

Bon appétit!

Olema souper

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s