3 trucs pour voyager avec son vélo

Qui dit cyclotourisme dit transport du-dit vélo. Pour certains, le casse-tête sera à la mise en boîte, pour d’autres à l’assemblage. Certains malchanceux auront des problèmes aux douanes. Voici quelques trucs pour voyager avec votre bécane sans tracas, même dans des pays insulaires.

1: Choisir la bonne boîte

Si votre route démarre et termine au meme point, vous pouvez profiter de l’avantage d’une boîte de voyage spécialisée comme les biknd. Ces boîtes ou ces sac protègent le vélo dans un format compact et léger pour éviter les frais de surcharge des transporteurs aériens. Certaines boutiques en louent à la journée. Sinon, ells coûtent quelques centaines de dollars.

Si votre itinéaire commence à un bout de pays et se termine dans un autre, l’option d’une boîte de carton fait tout aussi bien l’affaire. Il faudra simplement prendre le temps d’enrober votre vélo de mousse ou de papier bulle pour le protéger. Vous devrez verifier les dimensions maximales des bagages que votre compagnie aérienne accepte. Vérifiez également le poids maximum. Si vous avez encore quelques kilos avant de l’atteindre, placez dans votre boîte le reste de vos bagages.

2:Nettoyer le vélo

Ne lésinez pas sur l’effort nécessaire à laver votre vélo (et votre équipement de camping par le fait même). Dans les pays insulaires, les douanes inspectent la propreté pour s’assurer qu’aucune graine ou pollen ne se trouvent sur l’équipement. La boue et la terre peuvent également transporter des bactéries qui polluent les cours d’eau. Vous vous éviterez une inspection poussée qui pourrait allonger votre passage à l’aéroport. La réaction de « mes » douaniers en Nouvelle-Zélande valait 1000$. « Il est neuf ce vélo? Est-ce que votre tente et vos souliers sont aussi propres? Merci, bon voyage! »

Afin de remettre le support en place

3: Photagraphier le démontage pour mieux remonter

Si comme moi, vous avez tendance à oublier où va chaque pièce, photographier le démontage devient une excellente idée. Oubliez les photos artisitiques. Vous devez seulement savoir quelle vis tient quoi. Un téléphone ou une tablette fait l’affaire.

 

Ces trucs semblent évidents, mais j’aurais bien aimé les savoir à mon premier voyage de cyclotourisme. Si vous avez d’autres idées pour faciliter la tâche des voyageurs en vélo, laissez-moi un commentaire!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s