Californie: Stinson Beach

Après une nuit d’insomnie sévère, le « réveil » ne fut étrangement pas si pénible. Une interdiction d’utiliser les poêles de camping était en vigueur. Nous avons donc mangé un gros bol de granola avant de tout ranger et d’enfourcher les vélos pour descendre le fameux mont Tamalpais.

La montée de presque 450 mètres (1500 pieds) avait pris, la veille, deux heures. Imaginez grimper les 4 miles (6 kilomètres) en deux heures! La descente de 4 miles vers Stinson Beach fut beaucoup plus plaisante. La route descend en épingles et au sommet, un panneau indique que les cyclistes « May use full lane » (peuvent utiliser toute la voie). C’est donc couchée sur ma selle, le vent dans les cheveux, les doigts légèrement appuyés sur les freins, que j’ai entamé la descente du mont Tamalpais qui a duré… 13 minutes! Wahoo!

Stinson Beach est un charmant village de quelques 400 âmes. Dans les rues, on trouve plusieurs artisans, des bureaux d’agents d’immeubles et des boutiques de surf.

Stinson Beach

 

En arrivant à Stinson Beach, nous avions l’estomac dans les talons. Nous nous sommes arrêtés dans un restaurant. Le Breakers nous a offert un copieux  déjeuner simple, mais goûteux. Si nous avions été plus aventureux, nous aurions pu manger une énorme assiette d’huevos rancheros, la spécialité de la maison,  ou encore un déjeuner paleo aux épinards et avocats.

Après le second déjeuner (je suis peut-être un hobbit après tout), un petit arrêt à l’épicerie s’imposait. À ce moment, un couple nous a approchés pour nous proposer des masques de protection contre la fumée bien présente ce jour-là. En fait, ce fut la journée la plus difficile pour mes pauvres poumons asthmatiques. En effet, le vent venait directement de l’Est, poussant toute la fumée des feux de Sonoma vers la côte. Nous avons accepté l’offre généreuse avant de continuer vers Olema et le parc national de Point Reyes.

Stinson Beach

La route fut pénible. Je n’arrivais pas à respirer à travers le masque et l’air chargé de particules. Mes poumons brûlaient à chaque inspiration. Les collines d’herbes brûlées étaient toutefois charmantes. Le paysage, bien qu’étouffé dans la fumée était digne de toutes les cartes postales au monde.

 

Kilomètres du jour: 34

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s